Concilier ville, agriculture et biodiversité

Dynamiques

Concilier ville, agriculture et biodiversité

En milieu périurbain, les jardins des particuliers sont des milieux favorables pour les insectes pollinisateurs, telle est l'une des conclusions du projet, expliqué dans un webinaire.

Intitulé et acronyme du projet: Les dynamiques de la biodiversité et des services écosystémiques pendant le développement périurbain - Dynamiques

Emmanuelle Baudry

Démarré sur financement BASC en 2015, le projet Dynamiques est cofinancé par la région d’île de France (Programme sur et pour le développement régional) et l’INRAE jusqu'en 2020. 

Porteuse du projet: Emmanuelle Baudry (ESE)

Partenaires

Le projet Dynamiques est un programme (pluridisciplinaire) de recherche qui étudie les conséquences du développement périurbain sur les écosystèmes et les services qu’ils fournissent. L'étude est réalisée sur le plateau de Saclay, un territoire ayant la double particularité d’être en cours d'urbanisation suite au développement du grand pôle scientifique et technologique de Paris Saclay, et d’intégrer plus de 2000 hectares de terres agricoles parmi les plus fertiles d'Île de France. L’objectif général du projet est de produire des connaissances qui contribueront à favoriser une coexistence durable sur un même territoire entre l'agriculture, la ville et la biodiversité, en lien avec les partenaires du développement urbain et agricole. 

Nous décrivons ci-dessous 2 des résultats du projet; ils concernent la pollinisation:

1er résultat. A l’aide de données issues du programme de science participative SPIPOLL, nous avons montré qu’en milieu périurbain, les jardins des particuliers sont des milieux favorables pour les insectes pollinisateurs.

Dans le cadre de la thèse de Marine Levé, nous avons analysé toutes les données d’observation d’insectes pollinisateurs produites en Ile-de-France entre 2010 et 2017 par le programme de science participative SPIPOLL, Suivi Photographique des Insectes Pollinisateurs, soit 2470 séances d’observations de 20 minutes réalisées par 261 participants. Ceci a permis de montrer que la diversité des insectes pollinisateurs en Ile-de-France était plus élevée quand le lieu de la séance d’observation était situé dans un jardin et quand ce lieu était entouré par un nombre suffisant de jardin, mais était plus faible quand ce lieu était entouré d’une proportion importante des surfaces imperméables telles que les bâtiments et les routes².  Pour comprendre pourquoi, visionnez le webinaire (explication à la 25ème minute). Ces effets de localisation varient suivant les groupes d’insectes. 

Dynamiques graphique résultat 1

Résumé graphique de l’étude réalisée à partir des données SPIPOLL, montrant à différentes échelles spatiales l’effet sur la diversité des insectes pollinisateurs du fait d’être dans un jardin, d’être entouré de jardin ou d’être entouré de surfaces imperméables comme les routes et les bâtiments.

.

.

papillon_Dynamiques

Les papillons sont l'un des groupes d’insectes favorisés par la présence de jardins en milieu périurbain. © Marine Levé, SPIPOLL

.

2e résultat. En milieu périurbain, le service de pollinisation est plus efficace dans les zones où surfaces urbanisées et agricoles sont imbriquées que dans les zones purement urbaines ou agricoles.

De nombreuses espèces de plantes sauvages et cultivées dépendent pour leur reproduction de ce qu’on appelle le service de pollinisation, c’est-à-dire le transport de pollen réalisé par les insectes pollinisateurs. 25 lieux présentant des proportions variées de surfaces urbaines et agricoles dans leur environnement immédiat ont été sélectionnés dans le territoire d’étude². Au mois de juin, des pots contenant des plants de lotiers corniculés, une fleur ayant besoin d’insectes pollinisateurs pour produire ses fruits, ont été placés pendant 10 jours sur ces 25 lieux, puis le nombre de fruits produits par inflorescence a été compté. Les lotiers ayant été placés dans un environnement contenant à la fois des surfaces agricoles et urbaines présentent une fructification plus importante, ce qui indique un service de pollinisation plus efficace, que ceux placés dans les zones purement urbaines ou agricoles. Ceci indique qu’il existe une complémentarité entre ces deux types de surface pour les insectes pollinisateurs. (Travail mené par Virginie Héraudet). Pour comprendre pourquoi, visionnez le  webinaire (explication à la 19ème minute 50 seconde).

Lotier_Dynamiques

Inflorescence de lotier corniculé en fleur et portant 0, 1 ou 3 fruit(s).

.

Publications

Leve, M., Baudry, E., & Bessa-Gomes, C. (2019). Domestic gardens as favorable pollinator habitats in impervious landscapes. Science of the total environment, 647, 420-430. https://doi.org/10.1016/j.scitotenv.2018.07.310 

Thèse

Thèse de Marine Levé "Les jardins domestiques, espaces de passage des insectes pollinisateurs et de leurs rencontres avec les habitant.e.s", soutenue en 2018.

.

.

Vulgarisation

> Baudry E, Melot R, Bonnefond M, 2020, Le service de pollinisation dans le territoire périurbain du plateau de Saclay: une interaction positive des espaces agricoles et urbanisés, Webinaire du groupe transversal PSDR4 Lien urbain-rural: foncier, attractivité et bien-être.

Date de modification : 14 septembre 2023 | Date de création : 26 décembre 2014 | Rédaction : Emmanuelle Baudry